On: 29 mars 2020 In: conseils santé

De Quoi S’Agit-Il ?

Le cholestérol est un élément indispensable à l’organisme puisqu’il participe à la construction de nos cellules, à la fabrication de certaines hormones et veille au bon fonctionnement de notre système nerveux.

Mais en excès dans le sang, le cholestérol devient nocif.

Une partie du cholestérol présent dans notre organisme est apporté par l’alimentation, mais la majeure partie est fabriquée par le foie. C’est pourquoi, certaines hypercholestérolémies sont favorisées par une alimentation déséquilibrée, trop riche en certaines graisses et en cholestérol. D’autres, en revanche, ont un caractère génétique (ainsi les hypercholestérolémies familiales) auquel s’ajoute des facteurs d’aggravation comme les erreurs nutritionnelles.

Dans tous les cas, l’excès de cholestérol dans le sang d’grade prématurément le coeur et les artères, exposant à des maladies cardio-vasculaires.

Un taux trop élevé de cholestérol dans le sang permet de soupçonner l’existance des « plaques d’athérome » et le dosage en est d’autant plus indiqué qu’un ou plusieurs membres de votre famille présentent une maladies cardio-vasculaire.

Si aucune mesure n’est prise, si l’excès de cholestérol persiste, ces plaques vont progressivement s’épaissir, diminuer le calibre des artères, ralentir le flux sanguin, gênant ainsi peu à peu l’oxygénation des organes. Avec le temps, des troubles risquent d’apparaître: le plus souvent, il s’agit de douleurs survenant lors d’un effort, dans la poitrine par exemple (angine de poitrine)
ou dans le mollet à la marche. Mais la maladie peut aussi se révéler de façon brutale, une interruption de la circulation artérielle provoquant soit un infarctus du myocarde, soit une » attaque  » cérébrale selon la localisation de l’atteinte artérielle.


Des Troubles Réversibles

Fort heureusement, il faut des années pour qu’un excès de cholestérol dans le sang entraîne ce genre d’accident, même si certains facteurs sont capables d’accélérer la maladie: l’hypertension artérielle, le tabac, le diabète ainsi que l’excès de poids, la sédentarité.
Et aujourd’hui, on sait que le risque de la maladie cardio vasculaire peut être considérablement diminué en corrigeant ces divers facteurs et en réduisant le taux de cholestérol.

LA PREMIÈRE MESURE À PRENDRE, EN CAS D’EXCÈS DE CHOLESTÉROL, EST D’APPRENDRE OU DE RÉAPPRENDRE À MIEUX S’ALIMENTER, D’ÉVITER CERTAINES ERREURS ALIMENTAIRES.

LUTTER CONTRE L’EXCÈS DE CHOLESTÉROL, C’EST D’ABORD ET TOUJOURS RÉÉQUILIBRER SON ALIMENTATION

Rassurez-vous, il ne s’agit pas de se priver des plaisirs de la table mais de retrouver progressivement une alimentation saine et équilibrée. Votre médecin vous a prodigué des conseils qu’il convient de suivre scrupuleusement pour préserver votre état cardio-vasculaire.

1ère Mesure

Choisissez les bonnes graisses

L’excès de cholestérol est également lié à la consommation excessive de certaines graisses dites « saturées ». Mais attention, toutes les graisses ne sont pas mauvaises: les graisses insaturées permettent, paradoxalement, de réduire le taux de cholestérol. Apprenez à les reconnaître et réduisez les mauvaises graisses, les saturées, au profit des bonnes, les insaturées.

Les graisses à privilégier

L’huile d’olive: mais attention, contrairement à l’huile d’olive, qu’il faut privilégier, les olives sont déconseillées, en raison des différents traitements qu’elles ont subis pour être consommables et qui leur ont fait perdre les agents protecteurs antioxydants tels que les polyphénols.

Les huiles 
de tournesol, de maïs, de soja, de noix, de pépins de raisins, de colza.

Les margarines au tournesol, au maïs, les nouvelles margarines hypocholestérolemiantes.

Les graisses à réduire :

Ce sont certaines matières grasses d’origine animale


Les produits laitiers:
 beurre, lait, crème, fromage au lait entier.

Le saindoux.

CHOISISSEZ DE PRÉFÉRENCE LES PRODUITS LAITIERS ÉCRÉMÉS, LAIT ÉCRÉMÉ, YAOURTS, FROMAGES BLANCS À 0 % DE MATIÈRE GRASSE.

2ème Mesure

Réduisez les aliments riches en cholestérol

Les œufs: le jaune d’œuf détient le record en matière de cholestérol. Un jaune d’œuf = 300 à 400 mg de cholestérol = dose maximale autorisée par jour. Essayez de ne pas dépasser 2 œufs par semaine, sans oublier de compter les œufs inclus dans les pâtes, les pâtisseries…

Les abats: cervelle, rognons, foie…


Les Charcuteries.


Les Viandes grasses.

CHOISISSEZ DE PRÉFÉRENCE LES VIANDES MAIGRES, LE JAMBON CUIT OU DE PARIS ET SURTOUT LE POISSON, PARTICULIÈREMENT SAIN: MANGEZ DU POISSION AU MOINS 2 DU 3 FOIS PAR SEMAINE, EN REMPLACEMENT DE LA VIANDE.

3ème Mesure

Cuisinez plus léger

Les VIANDES

Pour réduire votre excès de cholestérol, la façon de cuisiner est tout aussi importante que le choix des aliments eux-mêmes, l’idéal etant de cuisiner sans matière grasse

Pour cela, n’h »sitez pas à diversifier vos modes de cuisson, à utiliser largement épices et aromates qui vous permettront de préparer de bons petits plats savoureux.

CHOISIR LES MORCEAUX MAIGRES (FILETSI. RETIRER LES BARDES DES RÔTIS ET LES PARTIES GRASSES.

Privilégier les viandes blanches: veau, lapin, dinde, pintade, pigeon, poulet, canard (attention, l’oie comporte plus de graisses saturées que le canard avec un rapport défavorable entre les graisses saturées et insaturées, contrairement au canard. C’est pourquoi elle est déconseillée).

En Grillades, assaisonnées de citron, persil, sel, herbes de Provence, fines herbes, basilic.

Au four, rôties sur une grille avec thym, laurier, sauge.

Bouillies avec un bouquet garni.

 

Les Poissons

A Privilégier et à consommer au moins 2 à 3 fois par semaines

Tous les poissons sont conseillés, y compris les poissons gras comme les harengs, maquereaux, sardines, sauf l’anguille qui est déconseillée car très riche en cholestérol et pauvre en graisses insaturées donc avec un rapport défavorable entre les graisses saturées et insaturées, contrairement aux autres poissons.

Si les huîtres, moules, palourdes.., contiennent habituellement peu de cholestérol, au moment de la reproduction leur teneur en cholestérol augmente (laitance) et c’est pourquoi les coquillages sont déconseillés,

En revanche, la chair des crustacés (crabes, queues de crevettes, langoustines homards..! est équivalente à la chair de poisson.

Au court-bouillon ou grillés, assaisonnés de citron, persil, estragon, thym, épices, poivre ou accompagnés d’une sauce blanche préparée avec du lait écrémé et une des margarines conseillées.

Au four, en papillotes d’aluminium avec sel, poivre, épices, citron, tomates fraîches ou en conserve, fenouil, coriandre..

Les Légumes Et Les Fruits


T
ous les légumes doivent être privilégiés, crus ou cuits y compris les féculents.


Q
uand vous cuisinez à haute température
 ajoutez les huiles et margarines en fin de cuisson seulement.

Dans la mesure du possible, évitez les fritures, à moins de ne pas dépasser 170°C et de renouveler fréquemment les bains.


A
 l’eau ou mieux, à la vapeur, 
assaisonnés de sel, poivre, citron, hachis d’ail et de persil, ou servis avec une huile ou margarine conseillée ou une sauce tomate.


A
u four, 
à l’étouffée, avec herbes de Provence, basilic, oignons…


E
n vinaigrette, 
avec une des huiles conseillées, en particulier de l’huile d’olive.

Si, malgré tout, vous souhaitez cuisiner avec des matières grasses, n’employez que les huiles et margarines conseillées et surtout, évitez toute surchauffe: au-delà de 170°C, ces graisses se dénaturent et se transforment en graisses saturées nocives.

CONCLUSION

L‘application de ces quelques principes vous aidera à respecter fidèlement les conseils de votre médecin.

Efforcez-vous de les suivre régulièrement, car tout écart prolongé anéantirait le bénéfice de vos efforts.

Après quelques jours de tâtonnement, vous parviendrez à rééquilibrer votre alimentation, et pourrez rapidement mesurer les améliorations obtenues.

Reportez-vous aux pages suivantes pour faciliter la composition de vos menus.